Réponse à M. Havel

M. Havel,
Vos propos m’obligent à informer les Dammartinois de l’histoire du marché. Précisons que vous êtes le président du comité des fêtes, association para municipale, le mari de Madame Havel candidate dans l’équipe de MD2020, maire adjointe à la sécurité, et ami proche de M. Pique, lui-même président de l’association des commerçants.

Le marché était un projet municipal, inscrit dans le programme de Michel Dutruge en 2014. Ce projet était de la délégation de M. Thierry Chevalier, en charge de l’activité économique. Dès le début du mandat M. Chevalier a constitué un groupe de travail pour la mise en place de ce projet. Groupe de travail auquel j’ai participé. Après quelques mois ce projet a été arrêté. Je n’en connais pas les raisons. Lors d’une réunion en janvier 2018, M. Chevalier a déclaré qu’il ne souhaitait plus porter ce projet, auquel il ne croyait plus. En désaccord avec la volonté du maire.

Au printemps 2018, le directeur de cabinet nous informe d’une étude réalisée pour la mise en place d’un marché à Dammartin. A la lecture de ce dossier, j’en informe le maire et nous rencontrons, Michel Dutruge, M. Bennet et moi le prestataire Géraud sur la place des prieurs pour évoquer les modalités de mise en œuvre du marché (faisabilité, jour, convention, gestion des fluides…). Nous précisions à ce moment les objectifs du marché : redynamiser le centre-ville, et augmenter l’afflux d’habitants pour le commerce local.

Nous avons demandé que les commerçants soient associés à ce projet. Le prestataire s’est uniquement adressé aux commerçants du marché du Jeudi et non à l’ensemble des commerçants Dammartinois. Cette erreur qu’il a reconnu a été rectifié lors des premières semaines de l’ouverture.

La campagne de communication et la convention ont été signées et validées par le maire le 27/07/2018. (voir document en bas de la page)

Comment penser qu’un tel projet puisse se réaliser sans l’accord du maire ? Pendant tout ce temps malgré les très nombreuses relances faites auprès du maire pour qu’il informe Thierry Chevalier de l’avancement et de la réalisation du marché, le maire n’a jamais voulu prendre ses responsabilités en appelant l’intéressé. M. Chevalier a découvert la publicité du marché lors du forum des associations de septembre 2018. Mis devant le fait accompli M. Chevalier et M. Pique alors présent ont exprimé leur mécontentement au maire, qui a dit qu’il n’était pas au courant de ce projet, qu’il fallait voir avec messieurs Messiaen et Bennet. Face au succès rencontré et aux retours positifs des habitants, le maire accepte la paternité du projet.

L’absence de transparence et de courage du maire dans cette affaire a humilié M. Chevalier qui avait informé le maire de sa volonté de démissionner.

Pour trouver une solution nous avons proposé de confier la totalité du dossier à M. Chevalier qui souhaitait gérer le marché. Il a d’ailleurs soutenu et présenté le projet lors du conseil municipal. Dès lors M. Chevalier a tout fait pour laisser mourir le marché. Les commerçants du marché ont maintenu leur présence pendant la période hivernale souhaitant pérenniser ce marché avec l’arrivée des beaux jours. Sans aucun soutien du maire, le prestataire nous avait informé des difficultés qu’il rencontrait et nous disait ne jamais avoir vécu une telle situation.

Un marché municipal non soutenu par la municipalité. Pour terminer cette histoire, le prestataire et les commerçants ont demandé et obtenu un rendez-vous en mairie pour trouver une solution. Lors de leur déplacement en mairie au jour et à l’heure convenue, ni le maire ni son adjoint n’étaient présent pour les recevoir. La clause de sortie que j’avais négocié avec le prestataire a permis à la mairie de mettre un terme de manière anticipée à la convention sans pénalités. Pour rappel Madame Havel a toujours soutenu ce projet et était présente à mes cotés tous les matins pour faire respecter les arrêtés relatifs au marché.
Cordialement
Sylvain Messiaen